L’ESSENTIEL SUR LE LINGALA

Lingala... une langue internationale ?!

1. Emprunts

Sans avoir la prétention de dire que le lingala (li-ngala) est une langue internationale mais par contre elle a emprunté beaucoup de mots d’autres langues.

Remarque: Il y a un ton haut (la ou les lettres en rouge sont à prononcer de manière à y mettre l’accent) et en ton bas (c’est prononcé de manière doucement, on descend dans la voix). Par conséquent, il faut faire attention à l’intonation. La prononciation dépend également de la zone géographique : comme l’accent du nord diffère de celui du sud en France.

Exemple:

manteka (ma-ntéka) = margarine, beurre (du portugais : manteiga)

sapato ou sapatu (sapato ou sapatu) = soulier, chaussure, chausson (du portugais : sapato)

vino ou vinu (vino ou vinou) = vin (de l'espagnol : vino)

kazaka (kazaka) = veste (du français : casaque)

miliki (miliki) = lait (de l'anglais : milk)

Exercice: A VOUS D’ESSAYER

Mais généralement, il y a beaucoup d’emprunts du portugais et du français… les colons n’y sont pas pour rien: d’abord les portugais à l’époque du royaume Kongo et ensuite les belges.


2. Prononciation

Les lettres c, h, j, r, q, et x n’existent pas… à moins que ce soit des noms propres ou des mots français « lingalisés » comme par exemple:

bajoueurs oyo bazali rapides = ces joueurs ci sont rapides –> on peut qualifier cette phrase de « francisée » ou « lingalisée », cela dépend de votre angle de vue. Mais nous allons apprendre un lingala sans mots en français : le lingala écrit et parlé (lingala standard). Loin du lingala dit « moderne », incluant des mots en français.

Sinon la plupart des lettres se prononcent comme en français sauf le « u«  qui se prononce « ou« , « ai«  et « oi » se prononcent séparément comme dans maïs et Moïse, « g«  se prononce « gu« , « s«  se prononce « ss« .

Remarque: il y a une spécificité pour certains mots qui incluent deux consonnes comme par exemple sh, mb, mf, mp, mv, nd, ng, nk, ns, nt, nz

Exemple:

"sh" comme dans kinshasa (ki-nchassa)

"mb" comme dans mboka (mboka) = village, ville, agglomération, pays

"nd" comme dans ndako (ndako) = maison

"ng" comme dans ngungi (ngou-ngui) = moustique

"nk" comme dans nko (nko) = exprès

"nz" comme dans nzala (nzala) = faim

Les mots ayants ce genre de combinaisons sont à prononcés avec un seul son; c’est à dire, on ne les prononce pas en séparant les lettres comme on le fait en disant M et Bappé ou N et golo Kanté. C’est à prononcer comme dans ping-pong.

Exercice : A VOUS D’ESSAYER

Exercice: L’accentuation


Lingala facile... Lingala c'est facile!

Oui c’est facile le lingala, à conditions de connaitre 3 règles primordiales :

3. Les faux amis

Il faut faire attention à la prononciation de mots, il faut donc prendre en compte l’intonation du mot (les intonations sont mises entre parenthèses).

Exemple et exercice:

kotanga (kota-nga) = compter, lire, étudier 
… 
MAIS… kotanga (kota-nga) = goutter, suinter

mabele (mabé) = terre, sol

… MAIS… 
mabele (malè) = seins, mamelles

moto ou mutu (moto ou mutu) = tête 
… MAIS… moto
ou mutu (moto ou mutu) = être humain, quelqu’un, personne 
… MAIS… moto 
( moto : le o prononcé ouvert comme dans bol, sol) = feu

Bref, il y a plusieurs mots de ce genre


4. Les classes nominales

Tous les noms (substantifs) sont classés de manière à pouvoir déterminer le singulier et le pluriel. Cela dépend de leurs préfixes.

Exemple:

Classe (1-2) mo- / ba- : mosali (singulier: mossali) -> basali (pluriel: bassali) = travailleur -> travailleurs; ETC...

Classe (3-4) mo- / mi- : mobali (mobali) -> mibali (mibali) = homme(s) ; motema (motéma) -> mitema (mitéma) = coeur(s) ; moyibi (mo-yibi) -> miyibi (miyibi) = voleur(s); ETC...

Classe (5-6) li- / ma- : likemba (li-mba) -> makemba (ma-mba) = banane(s) plantain(s) ; liputa (lipouta) -> maputa (mapouta) = pagne(s) ; likambo (lika-mbo) -> makambo (maka-mbo) = problème, affaire, événement; ETC...

Classe (7-8) e- / bi- : elokokò: le "o" prononcé "ouvert" comme dans bol) -> biloko (bilòkò: le "o" prononcé ouvert) = chose(s) ; elamba (éla-mba) -> bilamba (bila-mba= vetement(s) ; ekeko (ékéko) -> bikeko (bikéko) = statue(s); ETC...

Classe (9-10) n-, m- /ba : ndako/ndaku (ndako/ndakou) = maison -> bandako/bandaku (bandako/bandakou) = maisons

Remarque: Ce sont donc les préfixes des noms qui déterminent leurs classes. Donc tous les noms commençant par « mo« , « mu« , « mw«  sont toujours rangés dans la classe 1-2 ou 3-4. Les mots commençant par « li«  sont rangés en classe 5-6, les mots en « e«  en 7-8 et les mots en « n«  ou « m«  en 9-10. Il y a 15 classes en tout mais les 10 premières sont primordiales et régulières.

Autre remarque: Il n’y a pas d’articles devant un nom. Donc article défini (le, la, les), article indéfini (un, une, des) et article partitif (du, de la, des). Cela n’existe pas en lingala et du coup il n’y a pas de féminin ou masculin

Exercice: Trouvez les classes!


5. L’écriture

Il y a des mots qui s’écrivent de plusieurs façons.

Exemple: 

likambo (lika-mbo) -> makambo (maka-mbo) ou likambu (lika-mbu) -> makambu (maka-mbu) = problème(s), affaire(s), événement(s)

moasi -> basi ou mwasi -> basi (moissi -> bassi) = femme(s), épouse(s)

ndako (ndako) -> bandako (ba-ndako) ou ndaku (ndaku) -> bandaku (ba-ndaku) = maison(s)

Remarque: Certains mots de la classe 9 (n/m) ne nécessitent pas que l’on mette n/m comme par exemple ntolo (ntolo) = poitrine —> devient (n)tolo ((n)tolo) donc ntolo (tolo) -> bantolo donc batolo (batolo)

Exercice: L’écriture!


Maintenant que l’on a vu l’essentiel, on se dirige vers Grammaire (p1)